Review Of Print

Login

Grand Format - Imprimantes à toner

Qui a inventé l’impression Laser?

IBM commercialise l’imprimante laser en continu IBM 3800 en 1976, Xerox l’imprimante laser feuille Xerox 9700 en 1977 (dates pour les Etats-Unis).
Un récent communiqué de presse de Xerox en date du 4 juillet 2017 sur l’invention de l’impression laser nous rappelle que le débat sur qui a inventé l’impression laser remonte à quarante ans tout juste. Mais y a-t-il vraiment débat puisque les deux approches d’IBM et de Xerox sont complètement différentes.

Un ingénieur de chez Xerox Gary Starkweather a développé au centre de recherche de PARC (Xerox Palo Alto Research Center) en 1969 une technologie d’impression laser appelée SLOT (Scanned Laser Output Terminal) permettant d’imprimer des images variables sur papier à des vitesses inconnues jusque là. En 1971, Xerox décide de développer un système associant cette technologie d’impression laser à une base de copieur capable de traiter un grand volume de papier (Xerox 9200) sous la direction de Gary Starkweather. Le projet a mis cinq ans à se déployer pour aboutir au système d’impression laser Xerox 9700 (feuille à feuille, papier ordinaire) lancé en 1977. Le laser se marie dont à l’électrophotographie. Ce système d’impression a été retiré du marché en 1997 après avoir généré des bénéfices de l’ordre d’un milliard de dollars/an pendant ses belles années. Les évolutions de cet équipement ont permis de créer en 1991 le système Docutech (noir et blanc) puis la famille iGen (couleur).
La Xerox 9700 imprimait en noir, en recto et en recto verso à la vitesse de 120 ppm (recto seul), avec une résolution de 300 dpi (feuilles de papier de 9 x 12 pouces soit 22,8 x 30,4 cm) Elle pouvait utiliser des caractères magnétiques (MICR) pour l’impression de chèques. En option, on a pu plus tard imprimer une couleur supplémentaire par page. Il était possible d’imprimer des documents utilisant un papier pour la couverture et un autre pour l’intérieur, voire de réaliser plusieurs opérations (perfo, pliage, insertion) pour produire un document prêt à l’envoi à la poste (avec lettre chèque par exemple). La résolution, la taille limitée de la mémoire RAM, les opérations nécessaires au chargement des données à imprimer, rendait son fonctionnement délicat, sans oublier sa sensibilité aux qualités des papiers utilisés. De nombreux fabricants de papier utilisaient la Xerox 9700 pour tester la qualité de leurs papiers. Un système complexe nécessitant un très bon opérateur et cher à l’achat.

La voie IBM
IBM avait semble-t-il dégainé le premier en 1976 avec une imprimante de production monochrome IBM 3800 qui fonctionnait à partir de bobines de papier ordinaire en continu (paravents). Elle était destinée à fonctionner en sortie d’un gros ordinateur IBM pour imprimer les documents bancaires en grande quantité, etc. Elle n’était pas commercialisée de façon indépendante. Pas du tout la même approche que celle de Xerox. Les travaux de recherche, rassemblant une centaine d’ingénieurs, avaient démarré en 1969 à San José en Californie (USA) sous le nom de code de « Jubilee », puis d’ « Argonaut ». Il s’agissait d’une imprimante laser-électrophotographique, car IBM fabriquait des copieurs qui ont été par la suite revendus à Kodak. Le rayon laser formait une image electrostatique sur le photoconducteur. L’image était développée via le toner et transférée sur le papier en tant qu’impression. Le premier modèle annoncé le 15 avril 1975 avait une résolution de 144 x 180 dpi et imprimait 10 020 à 20 040 lignes/mn selon la densité des lignes (6 à 12 lignes par pouce). Le second modèle (1979) produisait des caractères Kanji, le troisième annoncé le 1er novembre 1982 imprimait en 240 x 240 dpi avec des capacités de reproduction des graphiques (nouveau photoconducteur, même laser à l’helium-néon avec deux rayons via une lentille, miroir tournant à 12 700 tours/mn contre 15 300 précédemment). Le modèle six pouvait imprimer à 134 ppm (26 janvier 1987). Le modèle huit améliorait l’impression des caractères Kanji. En octobre 1990 on assiste au lancement de l’IBM 3900 commercialisé en 1991 (avec un moteur Oem Hitachi).

L’arrivée des japonais
Les deux constructeurs américains IBM et Xerox se sont focalisés dès le début sur le haut volume. Les constructeurs japonais se sont orientés, eux, vers les marchés de petits et moyens volumes dès que les brevets verrouillant l’électrophotographie ont été rendus publics. D’abord dans les copieurs, puis très vite dans les imprimantes laser et jet d’encre.
Ricoh est ainsi arrivé suivi de Canon en 1970 avec le premier copieur PPC NP 1100. Canon introduit une imprimante laser de bureau Laser Beam Printer LBP 10 en 1975. Puis lance les premiers copieurs à cartouche (on change la cartouche complète d’impression et on dispose alors d’un copieur neuf) PC 10 et 20 en 1982, et en 1985 la première imprimante jet d’encre BJ 80. Ricoh a introduit l’imprimante monochrome GT 1000 en 1980. Le premier zoom sur un copieur papier ordinaire a été proposé sur le copieur EP 450Z PPC de Minolta en 1983
En 1984, un accord est signé entre Canon et HP pour la commercialisation de la Laser LBP-CX sous le nom de Laserjet. QMS et Apple la commercialise aussi. La première imprimante jet d’encre de Canon BJ 80 arrive en 1985, suivie en1987 par le Canon CLC1 copieur couleur numérique qui a marqué une véritable révolution. EFI a commencé de voir le jour en proposant une solution pour le piloter. HP commercialise la Deskjet (jet d’encre couleur (2 ppm, 300 dpi), en 1988 Epson introduit l’EPJ-200 (2 ppm, 300 dpi, A3) en 1990 et Kodak lance un copieur imprimante Ektaplus 7016 (16 ppm, A4, led, mac et PC) en 1991. HP introduit la Colorlaserjet en 1996.
Le reste appartient à l’histoire avec le développement de l’impression numérique pour les entreprises (multifonctions), et de systèmes de production numérique pour concurrencer l’offset.

Raphael Ducos

 

Joomla SEF URLs by Artio

Review of Print - ROP Media 2012

Top Desktop version