Review Of Print

Login

Économiser l’énergie en prépresse

Kodak CTP Achieve Kodak examine, dans l’étude suivante, comment économiser l’énergie en prépresse.
« Pour un imprimeur, devenir plus respectueux de l’environnement implique d’examiner tous les volets de son activité. Un nombre croissant d’entreprises de ce secteur se fixent des objectifs de performances dans ce domaine et mesurent régulièrement leurs résultats en matière de recyclage ou de consommation d’eau par exemple.

D’autres initiatives consistent notamment à adopter des encres végétales, à utiliser des solvants à faible teneur en COV ou à proposer un papier recyclé ou produit dans des conditions écologiques, socialement responsables et viables sur le plan économique.
Un imprimeur qui met en place un programme de développement durable cherchera tout d’abord fréquemment à économiser l’énergie, et les possibilités en la matière sont nombreuses, de l’éclairage aux équipements en passant par les processus. Kodak est depuis longtemps en pointe en ce qui concerne les équipements de prépresse économes en énergie et les nouvelles avancées technologiques concernant aussi bien les machines que les plaques sont source d’économies supplémentaires pour les imprimeurs.

Énergie ou puissance ? Quelle est la différence ?
Avant d’examiner plus avant certaines solutions permettant aux imprimeurs de réduire leur consommation d’énergie en prépresse, penchons-nous d’abord sur la différence entre « énergie » et « puissance », deux notions que l’on confond parfois. La puissance électrique est mesurée en watts (W) et décrit la vitesse à laquelle il est possible de faire quelque chose. L’énergie est mesurée en watts-heure (Wh) et décrit la puissance consommée sur la durée (watts x heures). Par exemple, une lampe équipée d’une ampoule de 120 watts mobilise une puissance de 120 watts. Si on la branche pendant une heure, elle consomme 120 Wh (120 watts x 1 heure). Si on la branche pendant mille heures, elle consomme 120 000 Wh (120 x 1 000), soit 120 kilowatts-heure (kWh) d’énergie. La valeur en kilowatts-heure est importante, car c’est souvent sur cette base que facturent les fournisseurs d’électricité.
Autrement dit, les économies d’énergie (kWh) se traduisent par des économies tout court. Pour économiser cette énergie, vous pouvez réduire la puissance (remplacer une ampoule de 120 watts par une de 60 watts par exemple) ou utiliser cette puissance moins longtemps (éteindre quand vous quittez la pièce). Le principe est le même pour les équipements prépresse. Vous pouvez utiliser des machines de puissance inférieure ou réduire leur durée de fonctionnement.

 Kodak CTP Trensetter Des CTP hautes performances... qui consomment peu de puissance
Le CTP est bien souvent la plus grosse machine du service prépresse. Il est donc naturel de songer à lui pour réduire la consommation d’énergie dans ce secteur. Comme nous l’avons vu, pour alléger leur facture énergétique, les imprimeurs ont le choix entre utiliser un équipement de puissance inférieure ou le faire tourner moins longtemps. S’il est important de diminuer les temps d’exposition inutiles, comme lorsqu’il faut refaire des plaques, c’est une machine utilisant moins de puissance qui aura le plus d’impact.

Les CTP thermiques 4 et 8 poses les plus récents affichent une puissance comprise entre 400 et près de 8 000 watts durant l’exposition, tandis que les CTP très grand format (VLF) consomment jusqu’à 12 300 watts pour une machine avec chargement manuel et plus encore s’ils sont automatisés. La différence entre ces valeurs est très importante et nous allons examiner de plus près la raison pour laquelle certains CTP sont plus gourmands que d’autres. Pour choisir une machine n’utilisant que peu de puissance tout en assurant les performances dont ils ont besoin, les imprimeurs doivent en effet tenir compte de tous les facteurs.

Sous le capot de chaque CTP, la technologie change : violet ou thermique, moteurs électriques ou systèmes pneumatiques pour vérins, ou encore une combinaison des deux, le tout ayant une incidence sur la puissance consommée. Parmi les choix déterminants à effectuer figure le type de système de gravure laser, pour lequel la largeur de la surface d’exposition est un critère essentiel. Certains systèmes sur lesquels cette largeur est importante se contentent d’une vitesse de rotation maximale du tambour de 400 à 500 tr/min, tandis que d’autres, sur lesquels elle est plus faible, nécessitent un tambour qui tourne beaucoup plus vite, parfois à plus de 1 000 tr/min. Ces vitesses plus élevées se traduisent par une complexité accrue, avec des systèmes d’aspiration capables de maintenir la plaque dans ces conditions, sachant que le recours à un tel système pour le tambour accroît considérablement les besoins en puissance.
Naturellement, de nombreuses autres caractéristiques et composantes ont également un impact sur la puissance consommée, notamment le système de refroidissement, l’électronique et le système de distribution électrique. Pour Kodak, optimiser les économies en termes de puissance de même que les performances est une priorité. Les derniers CTP KODAK TRENDSETTER Q400 et Q800 ne consomment que 770 watts durant l’exposition, soit 30 % d’économie par rapport au modèle de 2015, qui en consommait 1 100, et jusqu’à 90 % par rapport à des équipements comparables d’autres fabricants. Les CTP TRENDSETTER ont toujours utilisé très peu de puissance en raison de la rotation lente de leur tambour. Cette caractéristique est en partie due au fait que la largeur de la zone exposée par le laser est supérieure à celle des autres CTP. Cette rotation lente permet également de réduire l’aspiration requise pour maintenir la plaque sur le tambour, d’où une baisse de la puissance consommée. Pour les derniers modèles, les ingénieurs de Kodak ont mis au point un nouveau système de refroidissement et intégré les systèmes électroniques et mécaniques de pointe les plus récents afin de réduire la consommation.
Les CTP KODAK ACHIEVE T400 et T800 sont encore moins gourmands : 400 watts seulement durant l’exposition, soit 43 % d’économie par rapport au modèle 2015, et jusqu’à 93 % par rapport aux CTP comparables.
Cependant, réduire la puissance consommée ne signifie pas réduire les performances. Les CTP TRENDSETTER et ACHIEVE offrent tous deux une gravure stable et précise, plusieurs options de vitesse et une gamme complète d’options d’automatisation, parmi lesquelles le nouveau module multi-cassette qui peut charger jusqu’à 480 plaques sans intervention – toujours avec une consommation réduite.
Les valeurs ci-dessus correspondent à la puissance absorbée durant la gravure et il est intéressant de relever la consommation lorsque le CTP est sous tension, mais n’est pas en train d’exposer les plaques. De nombreux CTP récents possèdent un mode veille moins gourmand en énergie – un mode dans lequel les machines Kodak peuvent réaliser jusqu’à 72 % d’économies par rapport au mode d’exposition. Par exemple, les CTP ACHIEVE T400 et T800 n’ont besoin que de 180 watts en veille contre 400 durant la gravure.

Le développement des plaques peut aussi exiger beaucoup de puissance
On ne doit pas non plus oublier la développeuse. À l’instar de celle des CTP, la consommation électrique de ces machines varie – en fonction de leur taille et de la présence ou non d’un four de préchauffage. Les fours de postcuisson augmentent eux aussi la consommation totale de la ligne. Une développeuse classique pour plaques thermiques sans préchauffage consomme entre 2 et 5 kW durant le développement et 0,5 kW en mode veille. L’ajout d’un système de préchauffage peut ajouter 0,8 kW, tandis qu’un four de postcuisson consommera environ 8 kW au repos à température fixe et plus encore lors de la cuisson des plaques.

Ces chiffres sont la preuve qu’une simplification de la ligne de fabrication par l’adoption d’une plaque qui ne nécessite ni préchauffage ni postcuisson peut avoir des conséquences appréciables sur la puissance consommée en prépresse. On notera que les plaques violettes exigent un préchauffage pour « fixer » l’image. Cette technologie ne permet donc pas d’éliminer cette étape pour réduire la consommation. En matière d’économies d’énergie, nombre d’imprimeurs vont plus loin encore et adoptent des plaques sans traitement qui ne requièrent aucun développement. Là encore, cette possibilité n’est offerte qu’avec les plaques thermiques du fait du développement avec préchauffage nécessaire pour les plaques violettes. Avec les plaques sans traitement comme la plaque KODAK SONORA, la puissance consommée pour la fabrication se limite à la consommation du CTP, qui peut ne pas excéder 400 watts durant la gravure sur le CTP KODAK ACHIEVE : l’équivalent de quatre ampoules de 100 watts seulement !

La climatisation en prépresse
Le contrôle des conditions ambiantes est important au service prépresse, car une chaleur et une humidité excessives ont un effet négatif sur la durée de conservation des plaques. Elles risquent également de provoquer une dilatation susceptible d’affecter la régularité de gravure. Or, faire appel à la climatisation pour rester dans une plage étroite de température et d’humidité peut augmenter considérablement la facture d’énergie.

En élargissant la plage de température acceptable pour la gravure des plaques, la fonction de compensation thermique automatique des CTP KODAK peut aider les imprimeurs à réduire leurs frais de climatisation. Elle ajuste très légèrement l’échelle de l’image sur la plaque pour compenser sa dilatation en fonction des variations de la température ambiante. Une gravure régulière sur une plage de température étendue garantit que les plaques refaites ne différeront pas des autres plaques sur la presse et peut éliminer la nécessité d’une climatisation en prépresse. La plage de température de fonctionnement des CTP KODAK est comprise entre 17 et 30 ºC, contre 18 à 26 ºC pour les CTP d’un autre constructeur de premier plan, avec une plage recommandée encore plus réduite de 21 à 25 ºC.
L’élimination des fours sur les développeuses réduit également la chaleur de la salle et donc la nécessité de la climatiser.

En résumé
L’ampleur des économies d’énergie dépend de l’ensemble des décisions que vous prenez pour votre entreprise et ces économies doivent être envisagées en tenant compte des besoins de l’activité et des exigences des clients. La bonne nouvelle, c’est que les nouveaux équipements et les technologies vous permettent de réduire plus que jamais votre consommation d’énergie tout en améliorant vos performances. »

www.kodak.com 

Joomla SEF URLs by Artio

Review of Print - ROP Media 2012

Top Desktop version